top of page

A la découverte d'une IGP : le poivre de Kampot

Depuis 2009, il existe au Cambodge une Indication Géographique Protégée autour du poivre de Kampot et depuis 2016, celle-ci est reconnue par l'Union Européenne.

Disponible sous le forme de poivre rouge, vert, blanc et noir, le poivre de Kampot est un poivre dont la culture est très ancienne au Cambodge comme en témoigne l'explorateur chinois Tcheou Ta-kouan (ou Zhou Daguan) au XIII siècle. Ce n'est cependant que plus tard que la culture du poivre va prendre son essor, au XIX siècle sous l'impulsion des colons français. Le XX siècle constitue une sorte d'âge d'or du poivre de Kampot, avec une production de l'ordre de 3000 tonnes par an et une renommée internationale. En 1975, le régime des Khmers Rouges cause un arrêt brutal de la culture et une réorientation des terres pour la culture quasi exclusive du riz. Les 5 années pendant lesquelles les khmers rouges furent au pouvoir, ainsi que plus généralement les 30 ans de guerre civile furent un frein majeur au développement de la culture du poivre.

En ce sens, l'IGP cambodgienne est une démarche forte pour restructurer une filière si prestigieuse.

L'IGP a deux objectifs :

- Protéger le consommateur : C'est un point essentiel concernant la loyauté des pratiques commerciales. Le poivre de Kampot ne peut être vendu sous cette appellation que s'il a bien été cultivé dans les provinces de Kammpot ou de Kep (en rouge ci-dessous).


- Protéger les (quelques) producteurs : L'IGP est une façon de faire connaître son produit, mais aussi de protéger les acteurs locaux et d'entretenir le savoir-faire. En 2015 on dénombrait environ 350 familles qui produisaient du poivre de Kampot sur une surface totale de 180 hectares. L'association KPPA (Kampot Pepper Promotion Association) recense les producteurs de poivre de Kampot et encourage les nouvelles implantations, notamment en dressant un cahier des charges que ses membres doivent respecter. Ainsi, les planteurs ne doivent utiliser que deux types de lianes : Kamchay et Lampong. Ils doivent pratiquer de la culture sur talus drainant, sous ombrière et avec des tuteurs espacés au minimum de 1m80. La fertilisation ne doit faire appel qu'à des engrais naturels (fumier, guano...) et la KPPA encourage l'utilisation de décoctions de plantes comme pesticide.


Il ne reste qu'une chose que l'on ne peut qu'imparfaitement décrire dans un article, c'est le goût du poivre de Kampot. A chacun ses descripteurs aromatiques, bien sûr. Nous proposons à la vente du poivre rouge de Kampot, un poivre puissant, récolté à maturité, aux arômes fruités. Cette double identité du poivre de Kampot en fait un accompagnement idéal pour une grande diversité de plats, des viandes les plus fortes aux desserts délicats à la vanille ou au chocolat.


Pour en savoir plus visitez ces sites :


Mémoire sur les coutumes du Cambodge par Tcheou Ta-kouan

https://www.persee.fr/doc/befeo_0336-1519_1902_num_2_1_1117


Le site de l'association KPPA :

http://www.kampotpepper.biz/ (anglais)


Un article sur l'acceptation de l'IGP Cambodgienne par l'UE

https://www.intracen.org/blog/Cambodias-Kampot-pepper-wins-EU-Protected-Geographical-Indication/



bottom of page